Les femmes du Hammam

Les femmes du Hammam
(C) La Source des Femmes - 2011 - Radu Mihaileanu

Je n'en avais jamais testé sur Paris. Par pudeur, peut être. En réalité, plutôt parce que j'ai un mode de vie assez simple, et que me rendre dans un institut moderne pour prendre « soin de moi » est encore un concept qui m'est assez étranger.

Je profite d'un séjour au Maroc, pour me laisser tenter. D'origine algérienne, c'est un peu un moyen pour moi de me plonger dans cette culture que je ne connais que trop peu...mais nous y reviendrons plus tard...

Nous sommes dans la médina d'Essaouira. Un petit hammam traditionnel. Il se trouve juste à côté du Riad où nous séjournons. C'est d'ailleurs un des gérants du Riad qui nous le conseille, sa femme s'y rendant régulièrement. Une petite pancarte en bois sur la devanture: des écrits en arabe à la peinture noir sous-titrés d'un « HAMAM » nous confirment que les indications imagées données par notre hôte ont bien été suivies. 

Dès qu'on y entre, la ville disparaît. On n'entend plus le bruit des rues, des postes de radio, des carrossas et des sonnettes de vélos. Les rythmes frappés par les enfants sur les objets résonnant du quotidien deviennent sourds. A peine le murmure des chaussures qui effleurent le sol devant le hammam est encore perceptible.

Trois femmes sont là, à attendre derrière ce qui ressemble à un comptoir. Plusieurs voix résonnent. Je remarque d'abord la femme la plus âgée car elle semble nous dévisager, a priori un peu surprise de voir des non marocaines dans son établissement. On règle l'entrée à laquelle on ajoute quelques dirhams pour assurer un véritable gommage local à nos petits corps. De part et d'autre du « bureau d’accueil », deux vestiaires ouverts. On comprend que celui de droite est celui des femmes entrantes. On se dévêtit rapidement. Je ne suis pas très à l'aise. L'une des femmes de l’accueil récupère nos affaires. L'autre nous emmène dans la pièce la plus chaude (di-rect !). Et là pour moi, c'est la grande découverte. Je m'assois, et j'observe. Je ne sais pas trop comment m'y prendre. J'espère pouvoir mimer les habituées.

Autour de nous, plusieurs générations de femmes. De jeunes enfants, des adolescentes, des mères, des femmes plus âgées. Certaines parlent fort, rient, s'esclaffent. D'autres murmures avec douceur aux oreilles de leurs petits. Elles s'entraident lors de l'étape fatidique du gommage. Je les vois aller et venir avec leurs seaux d'eau et leurs gobelets en plastique, puis s’asseoir sur le sol carrelé, s'enduire de savon noir. Attendre et profiter de la chaleur humide, puis se rincer à coup de grand saut d'eau. Leurs beaux cheveux noirs sont lâchés ou noués en chignon serré. Toutes sont là, presque nues, tellement loin de tous les complexes qui m'envahissaient lorsque, quelques minutes plus tôt, je laissais mes affaires aux vestiaires. Les corps, dans toutes leurs particularités, sont assumés. Je suis transportée dans un univers de femmes duquel je sens une telle force. Oui, je sais, c'est juste un hammam...Mais il est saisissant de voir à quel point elles pouvaient être si discrètes quelques minutes plus tôt dans les rues de la Médina, et tellement assumées dans cette petite pièce sombre et carrelée. 

Je me sens bien dans cet environnement de femmes. Mes complexes physiques sont balayés. Du moins, le temps du bain. Je ris avec les petites filles en leur mimant « d'y aller franchement » sur le gommage du dos de leur maman. Je prends conseil sur le rituel à suivre auprès de ma voisine. Je me laisse aller à profiter du moment. C'est une petite expérience que je garderai longtemps en moi. 
Gant Kessa Hammam Gommage

Place au... Guide pratique de survie !


La fille paumée en arrivant dans ce sanctuaire de femmes vous donne quelques conseils. 

Kit minimum 

>> Un maillot de bain 2 pièces, monokini recommandé :) 
>> Un paréo ou mieux une fouta 
>> Un gant kessa et du savon noir. C'est indispensable pour un gommage traditionnel 
>> En bonus : votre savon et votre shampoing habituels 
>> Des habits tout propres 
>> Des tongs / claquettes 


Mode d'emploi 

>> La « tenue »
Généralement vous trouverez 2 vestiaires: on repère celui pour entrer et se dévêtir (baaaah on est tout sale !) et celui pour sortir (youhou on est tout propre !).

Pas de chichis, on se dévêtit direct, devant tout le monde. Si vous êtes un peu pudique, pensez à enfiler votre maillot de bain avant votre arrivée.

Mon instant de solitude...Mais j'étais tellement paaaas à l'aise !!!! J'avais mon maillot de bain 1 pièce (je n'avais pris que ça) et un paréo enfilé jusqu'aux aisselles. Autant vous dire qu'on ne voyait que moi. La femme du vestiaire au regard amusé a bien essayé de me retirer un bout de tissu, mais j'ai résisté ! La malheureuse n'a pas insisté... Deux pieds dans les salles du hammam et j'ai vite compris que me cacher ne servait à rien... J'ai fait valser mes complexes, tomber le paréo, qui du coup, m'a servi à éviter de m’asseoir sur le carrelage froid, et fait tomber une partie du maillot. 

>> Le rituel
Le hammam que j'ai testé comprenait 2 chambres, l'une tiède, l'une chaude. Disons que la pièce chaude est la pièce idéale pour profiter des bienfaits de la chaleur humide. La pièce tiède peut servir de « mise en conditions » ou de pièce pour se rafraîchir.

Dans la pièce la plus chaude, se trouvaient les sources d'eau. L'une froide, l'autre chaude. On remplit un seau d'eau à la température qui nous convient, plutôt chaude. 

On commence par humidifier son corps. On enduit ensuite sa peau de savon noir, par massage et on attend 10 à 15 min. Le temps que la chaleur nous fasse transpirer, ouvre les pores de la peau. On rince ensuite le savon noir et on attaque l'étape tant attendue : le gommage.

Il se fait donc sur une peau humide. Il ne faut pas avoir peur d'y aller, voir de se faire aider : c'est par friction vigoureuse avec le gant Kessa que les petites peaux mortes pas-glamour-du-tout se font la malle. On rince, puis on peut renouveler l'étape savon noir / gommage une seconde fois.

Si on veut, on peut finir par se laver avec son savon et son shampoing habituels avant de continuer de profiter des bienfaits de la chaleur détoxifiante du hammam. J'ai même vu certaines femmes profiter de l'instant « peau ramollo » pour intensifier le gommage de leurs petons à coups de pierre ponce.

Share:

2 commentaires

  1. Trop drôle, j'y suis allée aussi avec une copine. Nous étions les seules Européennes. Normal, ce n'est pas du tout touristique et c'était ce que nous recherchions !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, je suis sur la même longueur d'onde : vive l'immersion :) Et puis passé la petite appréhension, j'ai vraiment adoré !

      Supprimer

Laisser un commentaire ici