La nouveauté du moment : l'acné adulte !

Acné


Youhou ! Bienvenu l'acné ! On ne se connait pas très bien toi et moi, et pour cause, on se rencontre un peu tardivement, passé la trentaine... Bref, même pas peur !




J'ai eu la chance de ne jamais avoir de soucis de peau auparavant. Quelques boutons de temps en temps bien sûr, quelques pores dilatés, mais l'acné non, je ne connaissais pas. Je ne connaissais tellement pas que j'ai mis presque 1 an à m'avouer que j'en avais...

Un beau jour un spot près du menton. Puis 2, puis 3. On se dit que bon oh, ça doit être le stress. Et puis, des boutons sur les maxillaires. Oh ça doit être une crème hydratante trop riche. Des boutons sur les joues ? Ah mais c'est l'effet de la chaleur, c'est normal ça. Puis des rougeurs sur le front. Oh, sûrement une réaction allergique à mon dernier shampoing... Euh non mademoiselle, c'est de l'acné tout ça ! 

J'en ai réellement pris conscience lorsque que j'ai constaté le nombre de cicatrices qui commençaient à marquer mon visage. Aïe, et ça, ça a fait mal ... Et pendant cette année là, qu'est ce que j'ai tenté ? Pal de chose en terme de dermo-cosmétique grand public. Sans réel succès, of course. Des gels visages pour peaux acnéiques, d'autres savons surgras. Des crèmes hydratantes légères ou riches. Pas de maquillage. Du maquillage. J'ai arrêté les huiles végétales, j'ai tout arrêté... ! Bref, j'ai perdu pas mal de temps ...!

Surtout stressée par les cicatrices qui s'accumulaient, direction mon médecin généraliste, qui confirme le diagnostic. Si je peux vous donner un conseil au passage : si vous voyez apparaître 1 spot tous les deux ou trois jours sur plus de 2 mois, mon conseil, un p'tit tout chez votre généraliste (ou dermato). Ça prend 20 minutes, et au moins, c'est tranché ! Rien que ça, ça met un mot sur vos soucis (s'il y en a un), et c'est un premier pas de franchi. 

Le diagnostic posé, je trouve important de connaitre la cause pour mieux traiter ma nouvelle amie indésirable. Et la cause, malheureusement, je crois la connaitre... Depuis un an, je suis contrainte à un traitement hormonale léger (contraceptif progestatif) suite à des petits soucis de santé. Ce traitement fonctionne bien sur ces soucis hautement plus importants que mon acné modéré. Donc le choix est fait avec mon médecin d'essayer de contrer les effets (très) indésirables de mon traitement avec un traitement local (je refuse pour l'instant, les traitements oraux). Je repars avec mon ordonnance de 2 crèmes anti-acné (Cutacnyl et Effederm) et j'ai juste immédiatement envie de comprendre pourquoi les hormones sont responsables de mes petits boutons et surtout comment ces crèmes médicales vont pouvoir m'aider ?

L'idée à travers cet article, n'est pas du tout de vous inciter à vous diriger vers des traitements médicaux. Certain(e)s préfère se diriger vers des traitements naturels, et plus soft (ce qui est vraiment top), mais perso, après 1 an d'aggravation de l'état de ma peau, j'ai fait le choix de suivre les conseils de mon médecin.  Les boutons, c'est "relativement" gérable au quotidien. L'accumulation de cicatrices pigmentaires ou plus profondes, que l'on traîne sur plusieurs mois, c'est déjà plus déprimant... Une cicatrice profonde, cela ne s'efface pas. Au mieux, cela s’atténue, et à l'age adulte, la peau cicatrise beaucoup moins bien qu'à l'adolescence. Arrêter de bourgeonner a donc été une priorité pour moi.

Au fil de ce post, j'ai donc simplement envie de partager mon expérience sur l'utilisation de ces traitements acnéiques car j'ai finalement trouvé assez peu de chose sur le net concernant ces traitements et surtout la gestion des effets indésirables, dont je vous parle plus bas... 
Et puis comprendre l'acné, quelque soit le traitement choisi, c'est toujours bien pour vérifier que la voie suivie répond bien à notre problématique boutonneuse.





Appliquer mes petits crèmes du docteur, comme ça, sans savoir comment elles allaient agir... Tssst, pas pour moi ! Et puis bon, pour mieux combattre son ennemie, mieux vaut bien la connaitre non ?

>> L'acné, c'est quoi ?

C'est une maladie inflammatoire du follicule pilo-sébacé. Comprenez que votre peau est jonchée de sorte de petits sacs qui contiennent chacun un poil et une glande sébacée (qui fabrique le sébum). L'acné, c'est un dysfonctionnement au niveau de ces petits sacs, qui résulte de la réaction en cascade suivante.

En temps normal, les follicules produisent du sébum en quantité raisonnable, qui lustre la surface de la peau et la protège. En cas d'acné, sous l'effet des hormones, la glande sébacée est sur-stimulée et produit beaucoup plus de sébum qu'en temps normal. La peau devient grassouillette.

Sur les peaux acnéiques, les couches supérieurs de l'épiderme, s'épaississent et les cellules qui la composent (keratinocytes) deviennent "collantes" entre elles, s'amalgament jusqu'à former un bouchon au dessus du follicule pileux, trop difficile à éliminer via l'écoulement du sébum.

Les débris ainsi cumulés (cellules + sébum) remplissent anormalement nos petits sacs, le distendent et forment les boutons ! 

On distinguera les poins noirs, ou comédons ouverts. Le sébum arrive à percer en surface le bouchon du follicule-pileux, et en s'oxydant au contact de l'air, forme les fameuses têtes noirs. En général, ces boutons là, ne dégénèrent pas en boutons disgracieux.

Les microkystes ou comédons fermés : lorsque le bouchon est bien trop résistant, le bouton ne se perce pas, les déchets du follicule ne s'éliminent pas et on voit apparaître de petits boutons à tête blanche.

Dans ces deux cas, on parle d'acné rétentionnelle.

Enfin, l'évolution des microkystes n'est pas jolie-jolie...Dans cet environnement fermé, une bactérie qui déteste l'oxygène (Propionibacterium acnes), adore se développer. Et lorsque que le petit sac n'en peu plus d'être rempli de toutes ces cochonneries, il se rompt en sa base, au niveau du derme (sous l'effet des bactéries) et là, c'est l'inflammation d'où un bouton bien rougeDans ce cas, on parle d'acné inflammatoire.

On comprend que les microkystes et boutons rouges, en dilatant le follicule pileux à sa base, sont à l'origine de cicatrices potentielles.


>> Les traitements médicaux de première intention (locaux) - Ceux qui m'ont été préscrits

Les rétinoïdes (Ici Effederm contenant de la trétinoïne à 0,05%.) 
Il s'agit de dérivés acide de la vitamine A. Globalement leurs mécanismes d'action sont les suivants :
 - ils empêchent les fameuses cellules superficielles de l'épiderme de s’agglomérer entre elles et empêchent donc la formation des bouchons responsables de nos spots. Ils agissent donc en prévention.
- ils accélèrent le renouvellement cellulaire ce qui permet d’expulser le contenu des comédons formés. Ils favorisent donc également l'élimination des boutons déjà formés.
On comprend qu'ils sont principalement indiqués pour le traitement des acnés rétentionnelles.

Le peroxyde de benzoyle (Curacnyl à 5%)
Il s'agit d'un anti-inflammatoire principalement anti-bactérien qui élimine les vilaines bactéries responsables de nos pustules rouges. Pour vous donner une image, cette molécule apporte de l'oxygène près de nos lésions, ce qui a pour effet de détruire les bactéries qui ne supportent pas être au contact de l'air et qui avaient l'habitude d'évoluer dans l'univers très fermé de nos pustules. Un peu d'oxygène, et bim, tchao les bactéries. Le peroxyde de benzoyle a également une légère action keratolytique, pour aider au renouvellement cellulaire. Le peroxyde de benzoyle est plutôt indiqué en cas d'acné inflammatoire.


Les promesses annoncées avec ces deux traitements? En 5-6 semaines, je devrais voir les premières améliorations sur ma peau, l'effet optimal étant attendue ente 12 et 14 semaines. 5 semaines correspond à la durée de renouvellement du cycle cellulaire, on compte donc 1 cycle pour voir les effets d'un soin (quel qu'il soit), 1 cycle pour installer le changement, et un dernier cycle pour consolider les changements. Et voilà pourquoi il faut laisser 3 mois à tous ces soins pour en percevoir la réelle efficacité
.
La difficulté connue de ces traitements, c'est clairement l'effet irritant et asséchant de ces crèmes, qu"il va falloir apprendre à gérer... et autant vous dire que dès les premières applications, effectivement, ça piiiique ! Bref, pas très engageant tout ça mais j'ai décidé de tenir au moins ces fameuses 12 à 14 semaines et de là, on verra... 

Je vous raconte très vite comment je chouchoute ma peau pendant ce traitement (genre dans l'article de la semaine prochaine quoi!) et surtout des effets après 3 semaines de traitement (plutôt pas mal!).

Ah et entre temps, si vous voulez être une pro de l'acné, avec quelques documents pour comprendre le mécanisme de cette maladie, c'est par ici ou par .


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Edit : Mes autres articles sur mon traitement anti-acné hormonale, c'est par ici :



Le second article traite de ma routine de soins autour des traitements médicaux cités plus haut. Comme je l'évoquais dans cet article, ces traitements (à ces concentrations) sont des médicaments sur ordonnance. Donc comme tout médicament, il convient de discuter avec son médecin des bénéfices et des risques de ces traitements. En bref, on n'emprunte pas ces crèmes sans l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien


Ce dernier article revient sur mon bilan après 3 mois de traitement et mes derniers conseils sur la base mon expérience

Share:

0 commentaires

Laisser un petit mot par ici