Pourquoi je passe à côté de l'essentiel



Instant méditation.

Je ne sais pas si c'est la déprime hivernale qui me gagne mais mes grandes réflexions du moment tournent autour d'une question presque anodine : qu'est ce qui nous rend heureux ? (Prenez 1/4 de feuilles, à vos stylos !). Je crois que l'on peut tous répondre à cette question. Lorsque l'on y répond, la question qui vient juste après est : alors pourquoi je passe à côté de l'essentiel ? 
J'avais parlé dans un précédent article de mon boulot et des effets néfastes du sur-investissement professionnel. L'impression de subir ce tourbillon perpétuel de sollicitations, de boire un peu la tasse parfois, et le plus difficile pour moi, ne pas être totalement maître de mon temps.  Et puis force est de constater que cette impression que le temps nous file entre les doigts et que l'on passe à côté de l'essentiel, s'étend à ma petite vie d'une manière générale. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi je reste parfois enlisée avec cette impression de "vite" et de vide, sans arriver à m'en extraire.

Vous voyez de quoi je parle ? Non ? Les petits rats de Steve Cutts illustrent un peu tout ça parfaitement (et plus encore !). 



Bref petit électrochoc ce court-métrage ... !

Je ne veux pas être un petit rat qui court toujours plus vite vers "Nowhere" et qui passe à côté de l'essentiel. Sortir, ou plutôt s’extirper de sa routine et se recréer des petits bonheurs c'est essentiel. "Bonjour banalité", je sais, mais là, maintenant, j'ai besoin de ce genre de piqûres de rappel. 

Ça commence par un (gros) coup de pied aux fesses, la musique de Rocky Balboa en tête (ouai, ça m'a toujours motivé !) pour juste être acteur de son quotidien. Juste ça, acteur de son quotidien.

Et puis, en avant pour les petits (et futurs grands) bonheurs.

Pour moi, c'est se remettre à la danse, se reconnecter avec son corps, parce qu'on a souvent tendance à l'oublier. Il nous porte chaque jour, il s'arrondit avec les années, il mérite un peu d'attention. Et puis la danse, c'est surtout un super moyen d’expressivité. Et je le dis et le re-dis, la danse ce n'est pas que pour les petits rats de l'Opéra! La danse, c'est accessible à tout le monde pour peu que l'on en ait envie.

Les petits bonheurs, c'est envoyer un texto à ces potes que l'on a pas vus depuis des mois, faute de temps, ou pire par flemme. Les revoir et se demander comment on a pu tenir aussi longtemps sans ces blaguounettes et autres délires d’enfants éternels. C'est prévoir un dimanche Bollywood avec ces co-voyageurs rencontrés en Inde et se rappeler les bons moments passés ensemble, et en re-prévoir vite de nouveau !

C'est arrêter d'attendre le moment idéal pour entreprendre quelque chose. Se dire que l'alignement parfait des astres, ça n'arrive jamais alors si l'on veut entreprendre quelque chose, il faut y aller et nowww ! Etre bienveillant avec soi, se rappeler que l'on mérite ces petits et grands bonheurs qui nous font envie et qu'y avoir droit ne dépend (presque) que de nous.

A chaque fois que la peur ou la flemme l'emporte sur ces actions presque banales ou celles plus audacieuses, se souvenir de ce petit rat qui court toujours, et qui passe à côté de l'essentiel.

Share:

0 commentaires

Laisser un petit mot par ici