Bilan à 3 mois de mon traitement anti acné hormonale


Je vous parlais en octobre dernier de ma découverte tardive de l'acné hormonale ou acné adulte (aussi appelé : acné-repars-d'où-tu-viens-fissa-fissa !). Trois mois après avoir démarré mes traitements locaux médicaux (Cutanyl et Effederm), l'heure du bilan a sonné !

Si vous arrivez par hasard sur cette page, je vous invite à lire mes 2 précédents articles sur le sujet.
Le premier article traite de ma rencontre tardive avec l'acné et des causes identifiées. Il est pour moi essentiel de comprendre comment fonctionne son acné et quelles en sont les causes pour mieux pouvoir le traiter. Sinon, chaque traitement sera une loterie. Ce premier article vous permettra de replacer ce bilan, dans son contexte.
Le second article traite de ma routine de soins autour des traitements médicaux cités plus haut. Comme je l'évoquais dans cet article, ces traitements (à ces concentrations) sont des médicaments sur ordonnance. Donc comme tout médicament, il convient de discuter avec son médecin des bénéfices et des risques de ces traitements. En bref, on n'emprunte pas ces crèmes sans l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien.


>> Bilan à + 1 mois : la dure adaptation

L'Effederm et le Cutanyl sont hypers irritants, je vous en parlais dans ma routine soin anti-acné hormonal. J'ai mis environ 2 à 3 semaines avant de pouvoir les appliquer à la fréquence prescrite par mon médecin soit le Cutacnyl le matin et l'Effederm le soir.

Pendant ces 2 à 3 semaines, j'ai été très attentive à ma peau, et si je peux vous donner quelques conseils :

- Mettez le moins de crème traitante (Effederm et Cutacnyl) possible.
Sans blague, un demi-lentille corail ça suffit largement !

- Espacez les applications si vous en sentez le besoin. 
Certains soirs, je ne mettais rien ou plutôt seulement une bonne crème hydratante. Si la peau est trop irritée, au bout d'un moment, c'est l'effet inverse de celui voulu par le traitement qui arrive : la peau est fragilisée, elle se régénère peu ou mal, les boutons déjà formés ne se cicatrisent que trop lentement, on a la peau dans un sale état (pour le pas dire autre chose...) bref, on a envie de tout arrêter ! Et bien non ! Laisser sa peau tranquille 1 journée ou 2 pendant le traitement, on a le droit.

- Limitez au maximum les interactions avec d'autres produits
En phase "irritante" évitez de multiplier les couches de soin / maquillage sur votre peau. Laissez votre peau tranquille.


A l’œil, ça donne quoi ma peau ?
Je suis toute rouge, tout le temps ! J'ai la peau qui chauffe, surtout après le Cutacnyl qui s'avère être vraiment très irritant sur moi.
Je vois ma peau qui pèle. Parfois, c'est limite gênant en journée de sentir sa peau craqueler... Du coup, j'ai appris à dégainer le miroir de poche et la Cicalfate en deux temps trois mouvements pour aider ma peau de croco.
Côté boutons, c'est difficile à dire... J'étais à environ 1 à 2 boutons tous neufs tous les 2 ou 3 jours avant de démarrer mon traitement. A ce stade, j'ai un nouveau pote bouton inflammatoire par semaine mais j'ai le visage très marqué par les cicatrices (cicatrices accentuées par la rougeur de ma peau irritée) donc je suis mi-satisfaite et prudente. Et puis bizarrement, j'ai l'impression d'avoir le teint plus clair...


>> Bilan à + 2 mois : easy !!!

C'est fou comme la peau s'est habituée. Je n'ai plus le visage tout rouge mais la peau qui pèle, ça oui, ça continue. Elle est toujours très sensible au toucher. Et puis avec la baisse des températures, c'est un peu dur pour la peau d'encaisser tout ça. Après 1 mois et 2 semaines de traitement je passe d'une application bi-quotidenne (Cutancyl le matin et Effederm le soir) à une application quotidienne en alternant chaque crème le soir (soir 1 Cutacnyl, soir 2 Effederm). Je trouve que cela a l'avantage : 
- n°1 : De ne pas risquer d'effets photosensibilisants des produits en journée
- n°2 : De se tartiner de crèmes doudous hydratantes au petit matin
- n°3 : Quand la crème traitante a bien agi toute la nuit, au petit matin, la peau qui craquelle, c'est pour toi dans ta salle de bain et pas devant tes collègues de boulot !

Du coup, chaque matin, je gomme ma peau, "à sec". Je ne sais pas trop comment vous décrire cela mais après chaque lavage - séchage, je gomme mon visage propre, à mains nues (!) comme on le ferait pendant un gommage au savon noir. Les petits spaghettis de peau se décollent et cela évite (un peu) à la peau de s'effriter en journée. Pour info, j'ai essayé les gommages à grains : ça ne marche pas !!! (en tout cas sur moi)

Pour hydrater ma peau, je me rue sur la gamme Clean-Ac Hydra d'Avène. C'est écrit sur l'emballage "conseillée pour les peaux jeunes à problèmes, irritées par des traitements médicamenteux de l'acné", donc c'est parfait !

A l’œil, ça donne quoi ma peau ?
Tous les kystes du front ont disparu ! Hip hip hip !
Je n'ai plus aucun nouveaux boutons sur la joue gauche (oui, c'est précis !) Hourra !!!
J'ai encore des boutons type inflammatoire qui viennent s'incruster sur la joue droite, environ 1 par semaine.
J'ai le teint beaucoup plus lumineux !
Je retrouve le moral (et ça, ça compte beaucoup) !


>> Bilan à + 3 mois : atterrissage

Le bilan à + 2 mois, m'a vraiment motivé ! Sans blague, mon front sans boutons, cela n'était pas arrivée depuis 1 an !
Ma petite joue gauche n'a plus qu'à s'occuper de cicatriser les marques laissées par ces derniers occupants puisque plus de boutons non plus depuis 1 mois !
Pour ces deux premières zones, la scientifique expérimentale qui est en moi décide d'espacer le traitement ! Et oui, je suis comme ça. J'alterne les crèmes mais seulement un jour sur 3 environ.
Pour la joue droite, j'ai un temps continué les applications quotidiennes mais j'ai eu l'impression que ma peau fragilisée avait besoin d'un peu de répit. Du coup ici aussi, j'ai commencé à espacer les applications. Je n'ai pas eu plus de boutons.

Après 3 mois de traitement, j'ai décidé de n'appliquer qu'une crème une fois par semaine. 

J'ai l'impression que le traitement de fond a fait son effet : 2 zones sur trois où je n'ai plus du tout de boutons depuis 2 mois et 1 zone un peu plus rebelle mais dont la fréquence d’irruption des pustules a clairement diminuée ! La peau est en équilibre permanent, je ne veux donc pas trop insister avec ces traitements irritants au risque de fragiliser ma peau. Je n'ai presque plus de boutons mais il me reste à éliminer ces cicatrices et pour ça, ma peau à besoin d'être moins fragilisée. En maintenant un traitement très espacé avec 1 application par semaine, j'aide à l'exfoliation de ma peau, essentiel à la prévention de nouveaux boutons et utile à son renouvellement cellulaire. Bref, un coup de pouce à la cicatrisation.

>> En conclusion

Le bilan est bien sûr ... positif !

Clairement en 3 mois, je retrouve le plaisir de ne plus découvrir chaque matin un nouveau bouton disgracieux et surtout douloureux. J'ai enfin retrouvé les petits grains de beauté de mon visage, auparavant cachés sous mon acné !

Le traitement est difficile dans la mesure où le premier mois, on ne voit que les effets négatifs du traitement, sans presque aucun bénéfice sur la formation de boutons : la peau est irritée, sensible, rouge et toujours avec ces boutons... La peau qui pèle en journée, franchement, c'est galère. Et petit à petit, on observe que la fréquence d'apparition des boutons diminue. Mon conseil n°1 est vraiment de ne pas hésiter à arrêter le traitement 1 jour ou 2 si les irritations sont trop fortes, puis reprendre le traitement. Cela m'a évité bien des découragements et m'a permis de garder une bonne observance du traitement dans le temps.

Aujourd'hui, j'ai encore quelques boutons qui viennent me faire coucou de temps en temps, mais ils sont clairement moins douloureux qu'avant. Il me reste surtout toutes les cicatrices à gérer avec patience.

Le bilan est positif mais je reste cependant prudente.
Est-ce que mon utilisation hebdomadaire des crèmes traitantes va suffire à contenir mon acné ?
Est-ce qu'avec le retour des beaux jours (bonjour sécrétion de sébum en fête) mon acné ne va pas resurgir ?

Bref, ça reste à suivre dans les mois qui viennent. En attendant, je savoure ce petit plaisir de ne plus ou presque avoir d'acné.


Share:

8 commentaires

  1. Hello !
    J'ai découvert ton blog via une petite recherche Google car je viens de commencer le même traitement. Merci pour tes conseils précieux et ton retour d'expérience, ça me motive :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Clara !
      Oh merci pour ton message, cela me fait hyper plaisir de savoir que mon expérience peut un peu t'aider. Courage pour les premières semaines, ce sont les plus galères ;)

      Supprimer
  2. Cet article me redonne un peu espoir .. J'ai lutté 2 ans contre une acné juvénile. Bonjour les boutons à 11ans, bonjour le Roccuatane à 12 ans ! Et naïvement je pensais en être débarrassée pour toujours. C'était sans compter sur l'acné d'adulte à 25 ans. C'est déprimant, frustrant et énervant de se retourner avec une peau d'adolescente à presque 30 ans. Je n'ai pas encore passer le cap du dermatologue, car je prie tous les jours pour que ces boutons repartent comme ils sont venus (j'ai dit que j'étais naïve?) mais ton article me rebooste !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Joséphine,
      Je comprends ton découragement... Le retour d'une acné connue il y a plus de 10 ans, après un traitement lourd comme le Roacutane... Aïe, c'est dur ... Toutes les deux, nous n'avons pas exactement la même expérience avec cette acné-relou-qui-nous-sape-le-moral mais si tu n'oses pas repasser par la case dermato, je te conseille vraiment de ne pas trop tarder à en parler au moins à ton généraliste. Pour moi, ça a suffi. Je regrette un peu d'avoir perdu du temps à me convaincre comme toi que « Oh mais ça va partir tout seul » ou « Oh je vais réadapter ma routine de soin et ça va passer !» et pendant tout ce temps, l'acné rebelle, la vraie, nous laisse de jolies cicatrices... Bref, ton médecin t'aidera sûrement à comprendre l'origine de cette acné et de là, tu pourras sûrement traiter ton soucis de la meilleure manière. Il y a tellement de causes possibles (stress, fatigue, pilule, alimentation, soins cosmétiques inadaptés, syndrome polykystique etc.) que je crois qu'il est important de comprendre l'origine de ton acné pour mieux la traiter. De mon côté, la cause a été identifiée (satanée pilulas) et de là, on a pu envisager un traitement local adapté...et aujourd'hui, j'en suis quasi-débarrassée ! Je reste prudente, car tout cela est assez récent, mais happy happy happy :) !
      Donc oui surtout, ne te décourage pas ! Surveille ça de près et si cela ne se résorbe pas tout seul, demande au moins conseil à ton médecin.
      Bonne continuation 

      Supprimer
  3. Coucou !
    Je viens de tomber sur ton blog... conne toi, après avoir espérer que mon acné s'en aille tout seul (rechute après 3 traitements Roaccutane dès arrêt de la pilule!) je commence Effederm. Comment a évolué ta peau depuis que tu as écrit cet article ? Merci pour ton retour :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Ginger,

      Cela fait 2 mois que je n'ai absolument rien mis sur ma peau et elle se porte toujours aussi bien :). Quelques boutons de temps en temps, sur les joues essentiellement, mais cela n'a rien à voir avec l'année dernière ! J'avais vraiment peur qu'à l'approche de l'été, excès de sébum oblige, ma peau redevienne capricieuse ... mais finalement non, elle continue de bien se porter. Je touche du bois pour que cela continue.

      Les cicatrices elles sont toujours là... je me protège un max du soleil pour éviter de les accentuer mais il faudra du temps pour qu'elles s'estompent (si elles s'estompent...).

      Je vois que ton histoire avec l'acné est plus complexe que la mienne (Roaccutane ...). Est-ce que ton médecin / dermato à une explication concernant ton acné résistante ? Je t'envoie un max de courage pour la suite.

      Supprimer
  4. Merci pour ta réponse. Heureuse de savoir que cela a fonctionné pour toi, j'ai espoir !

    Pour tout te dire, après mes deux rechutes (à chaque fois liées à l'arrêt de la pilule Jasminelle) j'ai laissé ma peau vivre pendant 7 mois .. et à l'évidence elle est incapable de se réguler toute seule. Je suis allée voir deux nouveaux dermatos ce mois-ci pour avoir deux avis. Les deux m'ont dit que mes cures n'avaient pas été assez longues (en moyenne 4-5 mois) donc inefficaces. Je peux te dire que j'étais vraiment dégoûtée, car ce n'est pas un traitement léger ! La première dermato me dit de reprendre la pilule et m'a prescrit Epiduo Gel + du Zinc, le deuxième est ok sur le fait que la pilule n'est pas un traitement, car dès que l'on arrête tout revient! Il m'a prescrit Effederm + du Zinc. Pour le moment je ne prends pas l'Epiduo cela ferait trop. Mais j'ai l'impression que les effets des deux produits sont sensiblement les même.

    Etant donné que je pars vivre à l'étranger en septembre ils ne me re-prescrivent pas Roaccutane, mais je pense qu'ils l'auraient fait si j'étais resté ici. Bref, j'espère que ce nouveau traitement fera son effet.

    Donc oui les filles, voir un dermato ok , mais plusieurs avis sont parfois nécessaires. Si j'avais reçu la bonne dose de Roaccutane peut être que je n'en serai plus là! Courage à toute :)

    Je te souhaite une belle continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Ginger,
      Merci beaucoup d'avoir partagé ton expérience ici, cela en aidera sûrement plus d'un(e)s !
      Epiduo et Effederm semblent effectivement avoir des actifs de la même famille (rétinoïde), donc je crois que tu fais bien de ne suivre qu'une seule prescription à la fois ;). L'Epiduo semble combiner 2 actifs : l'actif proche de celui de l'Effederm et le second du Cutacnyl dont je parle dans mon article. En tout cas, plein de bonnes ondes pour ton traitement ! Tu verras il est plutôt asséchant, mais puisque tu es déjà passé par la case Roaccutane, cela ne devrait pas te faire peur ;)
      J'espère que tu seras vite débarrassé de ton acné de manière durable, et que ce souci loin derrière toi, tu pourras profiter pleinement de ta nouvelle vie à l'étranger
      :-*

      Supprimer

Laisser un petit mot par ici